Le Sahara est le plus vaste désert aride du monde, et il ne cesse de s’étendre, notamment du fait de diverses activités humaines, tels que l’utilisation du bois et  l’élevage ovin et caprin extensif, avec leur lot de surpâturage en zone aride...


Variations naturelles du climat : Alternances des «Sahara Vert» et «Sahara Jaune» dues aux variations du régime des Moussons Ouest-africaines.


Désertification récente ( -6200 / -6000) et causalités humaines.

Importance notable du périmètre des côtes arides de la zone saharienne :

de l’océan  Atlantique au golfe Persique : 15 000 à 19 000 km


Notions de géoclimatique ; cellules de Hadley ; Harmattan


Rôle des cellules de Hadley dans l’aridification et les pluies équatoriales :


  





  






                                          


 


L’Harmattan est un alizé continental hivernal desséchant directement issu de la cellule de Hadley-nord. Il souffle de novembre à mars.


La géoclimatique de base, de part la puissance de la cellule de Hadley et sa résultante locale, l’Harmattan, joue un rôle essentiel dans la désertification au Sahara.


Evolution récente du climat saharien ; causalités humaines :


La désertification du Sahara s’est accentuée depuis plus de 8 000 ans pendant une période de Sahara Jaune, du fait de facteurs géoclimatiques avec l’assèchement du régime des Moussons Ouest-africaines. L’impact de la présence humaine doit aussi être prise en compte : déforestation, utilisation du bois, comme matériau de base, de charpente et combustible.

Par l’utilisation du feu : cuisson alimentaire, céramique et métallurgique (préparation de charbon de bois), comme méthode de chasse, arme de guerre, par les cultures sur brulis... Mais aussi du fait de défrichage à des fins de culture ou de pâturage ainsi qu’au surpâturage lié à l’aridité, qui ont amené inexorablement à une destruction de la savane saharienne et sa quasi-disparition.



Spécificités sahariennes qu’on ne trouve pas en d’autres déserts :


Existence de diverses et vastes zones dépressives : Chotts à l’ouest du golfe de Gabès (Tunisie et Algérie), dépressions de Qattarâ (extrême nord-ouest de l’Egypte), proches l’une et l’autre de la Méditerranée d’une quarantaine de km ; Mer Morte, proche de la mer Rouge.

Importance du périmètre de côtes arides pour l’ensemble Saharien-arabique : environ 15 000 à 19 000 km.



L’ensemble des projets de géo-ingénierie saharienne n’a pas pour objectif de reconquérir l'intégralité du Sahara, mais principalement de faire reverdir des zones qui l'ont été dans un passé proche...



Et pourquoi donc une institution aussi importante que l’ONU devrait-elle garder son siège indéfiniment à New York, malgré tous les problèmes causés par les USA, alors qu’installée en une ville nouvelle dédiée, au Sahara, en une vaste Zone Internationale, le siège de cette institution d’importance majeure serait bien plus neutre, plus utile et surtout un important facteur de développement durable pour tout un vaste continent par trop dévasté...


Découvrez Save Gaïa et SaharaCenterCity, un ensemble de réels projets de géo-ingénierie, pragmatique, conçus pour le Sahara, et qui sont vecteurs de ré-équilibrages géoclimatique, géopolitique, et socio-économique ...



Écrire à l’auteur du projet


                                                                                                                                  



            

 

                     « Le XXIème siècle sera géoclimatique ! »


Save Gaïa et SaharaCenterCity

quinze ans déja...

La géo-ingénierie saharienne :

en une solution pluri-factorielle,

la voie de la raison...

 

                   Rêvons à un grand scénario de développement durable

offert aux générations futures pour un avenir meilleur...



Ces propositions de géo-ingénierie saharienne pragmatique

sont bien terre à terre et se veulent une probable solution partielle

aux dérèglements climatiques actuels et à venir...


_ Ô, si vaste Sahara, seras-tu un jour à nouveau plus vert

tel l’Eden, notre Paradis perdu ?